Auto-entrepreneur dans la rénovation immobilière : avantages et inconvénients

Auto-entrepreneur dans la rénovation immobilière : avantages et inconvénients

Auto-entrepreneur dans la rénovation immobilière : avantages et inconvénients

Depuis sa création en 2008, le statut d'auto-entrepreneur n'a cessé d'attirer des adeptes. Parmi les secteurs qui sont les plus représentés figurent notamment celui de la construction et de la rénovation immobilière. Vous vous exercez dans la rénovation ? Connaître les avantages et les inconvénients de ce statut vous sera sûrement utile pour prendre ou non une décision de le choisir.

Les plus du statut d'auto-entrepreneur dans la rénovation immobilière

Le statut d'auto-entrepreneur est un choix idéal pour les personnes souhaitant se lancer seul dans la rénovation immobilière pour ses divers avantages administratifs, sociaux et fiscaux.

 Simplicité administrative garantie

Il est tout à fait possible de démarrer une activité de rénovation immobilière sans avoir investi beaucoup grâce à l'existence du statut d'auto-entrepreneur. Ce dernier est accompagné en effet de conditions d'accès et de sortie très simple : il suffit de faire une simple déclaration. Cette simplicité s'étend au niveau comptable avec une réduction à minima des obligations en la matière : tenue de livres de recettes, conservation des pièces justificatives ou, le cas échant, tenue d'un récapitulatif d'achats.

Régime social favorable

Le choix du statut d'auto-entrepreneur dans la rénovation immobilière permet également de profiter des avantages du régime social simplifié et ainsi de payer ses cotisations et contributions sociales trimestriellement ou mensuellement. À cela, il faut ajouter la possibilité de ne pas acquitter de cotisations sociales en cas de non-réalisation de chiffre d'affaires.

Régime fiscal attrayant

Le statut d'auto-entrepreneur attire aussi les professionnels de la rénovation immobilière par les multiples avantages fiscaux qui s'y attachent. C'est le cas, en premier lieu, de la franchise de la TVA qui est accompagnée tout de même d'une contrepartie : l'impossibilité de récupérer la TVA relative aux achats et investissements que l'on réalise.

En second lieu se trouve la possibilité de choisir le prélèvement libératoire et ainsi de réaliser un paiement unique de l'impôt sur le revenu et des charges sociales obligatoires. En dernier lieu, il y a l'exonération totale de CFE durant la première année d'imposition.

Les moins du statut d'auto-entrepreneur dans la rénovation immobilière

Les réformes successives du statut d'auto-entrepreneur en 2015 et en 2016 ont rendu celui-ci un peu plus contraignant. Heureusement que certains aspects ont été assouplis. Malgré cela, le statut ne manque pas d'inconvénients.

Un statut ayant une certaine rigidité depuis 2015

Depuis 2015, tout auto-entrepreneur, qu'il travaille ou non dans la rénovation immobilière, devra disposer d'un compte bancaire réservé seulement aux transactions en lien avec son activité professionnelle. Il lui faut également une inscription au répertoire des métiers pour pouvoir se faire attribuer un extrait K-Bis auto-entrepreneur.

Particulièrement pour les auto-entrepreneurs de la construction et de la rénovation immobilière, les assurances responsabilité civile professionnelle et décennale sont devenues obligatoires. À toutes ces contraintes s'ajoutent des charges supplémentaires comme la taxe pour les frais de chambre consulaire et la cotisation foncière des entreprises à payer dès la deuxième année d'exercice sous le statut d'auto-entrepreneur.

Les autres contraintes liées à ce statut

Le choix de statut d'auto-entrepreneur est attaché à d'autres contraintes pouvant le rendre inadapté au monde de la rénovation immobilière. C'est le cas notamment des plafonnements d'auto-entrepreneurs (seuils de franchise de la TVA et seuils du statut d'auto-entrepreneur) qui sont facilement atteignable pour les professionnels.

Il y a également l'obligation de s'affilier à la sécurité sociale des indépendants et les divers risques liés à la responsabilité d'auto-entrepreneur.

Autres articles